Charlevoix - 31 mai au 2 juin 2011

Colloque International sur l'exploitation sexuelle des enfants et les conduites excessives

Dans une volonté de concertation, le Théâtre Québécois d'Expression Créative (TQEC) et l’Institut Québécois de Sexologie Clinique (IQSC) ont mis sur pied le Colloque international sur l’exploitation sexuelle des enfants et les conduites excessives afin d'amener les participants-es à réfléchir et à se donner des lignes directrices concrètes sur les actions collectives à mener concernant ces problématiques. Première initiative d’une telle envergure au Canada, elle aura bénéficié d’une couverture médiatique de plus de 40 articles publiés dans au-delà de 75 sources d'information d'envergure au Québec, en France et en Suisse. Pour faire suite au succès de cette 1re édition de l'événement, tenue au Fairmont le Manoir Richelieu (La Malbaie, Québec) les 31 mai, 1er et 2 juin 2011, les organisateurs désirent mettre sur pied une seconde édition de l’événement.

Trop d’enfants perdent leur liberté d’être enfants.

L’Unicef estime à 2 millions le nombre d’enfants victimes d’exploitation sexuelle à des fins de prostitution ou de pornographie et à 1,2 million le nombre d’enfants victimes de la traite, annuellement.1 Tout en soulignant les efforts considérables déployés au fil des années face à ce phénomène, et devant l'ampleur de la situation, nous nous devons d’actualiser les actions à entreprendre, de même que d'entamer une prise de conscience sur notre façon de réagir à ce problème d’ordre mondial. Parallèlement, le Colloque se démarque notamment par l'introduction du concept des conduites excessives à la compréhension du phénomène de l'exploitation sexuelle des enfants. Nous nommons conduite excessive toute dynamique qui renvoie une personne à un prolongement de ses conflits personnels et l’amène à adopter un ensemble de comportements mésadaptés à son environnement social. Cette notion fait donc référence à la manière dont un individu répondra face à une situation qui échappe à son contrôle et où il cherchera à se faire plaisir mais qui, au final, comporte un risque significatif de souffrir ou de faire souffrir.

Une conduite excessive exprime une rupture de l’équilibre personnel et renvoie à une difficulté d’adaptation.

L’introduction du concept des conduites excessives a pour but, entre autres, de mettre l'emphase sur l'importance de la prévention de la récidive chez les agresseurs sexuels, toujours afin d'optimiser notre capacité de protection des victimes. Suivant l’article Méta-analyse de l’efficacité du traitement des délinquants sexuels : risque, besoin et réceptivité de Sécurité publique Canada (2009), « les taux de récidive sexuelle et de récidive en général des délinquants traités étaient moins élevés que les taux observés dans les groupes témoins (moyennes non pondérées de 10,9 % contre 19,2 % dans le cas de la récidive sexuelle; 31,8 % contre 48,3 % dans le cas de la récidive en général) » (p. 24), ce qui représente une moyenne de diminution de la récidive sexuelle d’environ 43,2 % et de 34,2 % pour la récidive en général. C'est donc dans cette visée que le Colloque aspire à poser un regard global et réfléchi et, sans écarter nos avancées, à recadrer nos acquis dans une démarche de compréhension de l’humain.